Le Domaine Armand Gilg à Mittelbergheim
Le Domaine Armand Gilg à Mittelbergheim
Le Domaine Armand Gilg à Mittelbergheim

Contactez-Nous

Domaine Armand Gilg G.A.E.C.
2 Rue Rotland - F
67140 - MITTELBERGHEIM

Téléphone : 03.88.08.92.76
Fax : 03.88.08.25.91

Histoire Viticole

3Pressoir_ah.jpg

Pressoir du 17ème siècle- utilisé pour la
dernière fois en 1951

La vigne fut cultivée en Alsace par les Romains dès le début de notre ère. L’existence de la vigne à Mittelbergheim est officiellement mentionnée pour la première fois dans un parchemin datant du 8 juin 880.

La viticulture était très prospère dès le 16ème siècle, ce qui a permis la construction des magnifiques maisons renaissances du village, qui abritent toutes une cave à vin.


Le « Weinschlagbuch »

3Weinschlagbuch1_ah.jpgMittelbergheim a la chance de posséder une chronique du vin et du vignoble tenue depuis le 15ème siècle  (1456).

Il s’agit d’un registre qui rapportait le prix officiel du vin de l’année, fixé en général par une commission.


3Weinschlagbuch2_ah.jpgCe prix servait de référence pour les marchands de vins, mais aussi pour le calcul des impôts.

Le registre était tenu par le greffier du tribunal de la commune, le maire ou l’instituteur.



Peu à peu, des commentaires sur la quantité et la qualité du vin, les conditions climatiques, ainsi que des faits importants de l’histoire du village se sont ajoutés aux prix du vin.


Quelques extraits :

1540 : « la vendange fut merveilleuse, le vin était très doux comme la malvoisie et en grande quantité ».

1631 : Une épidémie a frappé le village. « 370 personnes jeunes ou âgées sont mortes, cependant une vendange riche en sucre égalant celle de 1624 ».

1900 : « Eté chaud et très sec, bonne demi récolte, qualité très bonne ».

1947 : « Vendange d’une quantité moyenne avec une très bonne qualité. Pour le développement de la vigne, l’année fût véritablement idéale. Le sous-sol était déjà sec au printemps, … Les vignes ne furent pas atteintes par les maladies … ceci dû à la trop grande chaleur et à la sécheresse ».

Cette chronique tenue depuis plus de 5 siècles est unique en Alsace.

L’oenothèque